Blog bus et autocars Articles et actualités de Pysae pour les responsables marketing et les dirigeants de sociétés de transport de voyageurs
Un système pour géolocaliser les bus en zone rurale

La start-up Pysae propose une application mobile donnant des
informations en temps réel sur l’état et le trafic des bus et cars en
zones rurales. Un système qui se veut utile aussi bien aux
voyageurs qu’aux gestionnaires de réseaux.

Dans les grandes agglomérations, on connaît depuis longtemps les systèmes d’information en temps réel destinés aux voyageurs des transports en commun. Que l’on parle de temps d’attente sur les bornes aux arrêts ou d’application sur smartphone. La performance de Pysae,une jeune société lancée il y a moins de deux ans, c’est d’avoir adapté cette technologie à des territoires ruraux. « En matière de mobilité, les technologies industrielles sont souvent très ambitieuses et lourdes car pensées pour les grands réseaux de grandes agglomérations. Nous démontrons que l’on peut avoir un système plus léger », explique ainsi Nicolas Jaulin, l’un de ses
deux cofondateurs.

Pysae a tissé sa toile du côté de Dole (Jura) ou de l’Eure-et-Loir, où une douzaine de cars géolocalisables sont équipés de son système. Celui-ci, outre l’info trafic sur mobile pour les utilisateurs de l’application -gratuite-, est une source de données pour les gestionnaires de réseaux (avancée et trajet des bus, incident sur la ligne..). Autant d’informations remontées par les machinistes, équipés eux aussi de l’appli.

« Commencer par un produit standard, pour ensuite proposer plus »

Le jeune homme et son associé, Grégoire Pichon (tous deux sont d’anciens ingénieurs de Systra, leader mondial de l’infrastructure pour transports publics), sont partis d’un constat : « Sur un grand nombre de réseaux de transport, il n’y a pas d ’information en temps réel alors que des solutions technologiques comme les smartphones permettent d’y avoir accès et de la produire partout. » Le besoin, selon eux, est d’autant plus grand à la campagne. « En milieu rural, les cadences de desserte sont beaucoup plus faibles, il ne vaut mieux pas louper le car, alors qu’il y en a toutes les deux minutes en milieu urbain ».

Pysae ne manque pas d’ambition. La libéralisation du secteur du transport en autocar privé est passée par là. Elle aiguise l’appétit de la start-up. Dès novembre, une vingtaine de nouveaux cars et bus ont être équipés en Loire-Atlantique. D’ici la fin de l’année, ce sont 80 nouveaux véhicules qui utiliseront Pysae à Grenoble (Isère). Un partenariat est également à l’étude avec la SNCF pour équiper une dizaine de cars TER. La suite s’inscrit hors de nos frontières : « En Europe de l’Est, en Asie ou en Amérique du Nord, beaucoup de grandes agglomérations n’ont pas investi dans un réseau », glisse Nicolas Jaulin.

L’application ne compte encore qu’une centaine de téléchargements. Son histoire à travers les campagnes ne fait, peut-être, que commencer. « Une offre de transport sans information en temps réel est invisible aujourd’hui, car le voyageur s’attend à ce qu’on la lui fournisse », insiste Nicolas Jaulin.

Article initialement parue dans la revue Smartlink le 11 février 2016

Matthieu Pascal's Picture

Matthieu Pascal